logo Club 44

Mémoires croisées

Des orateurs illustres se sont exprimés au Club 44 que vous pouvez ré-écouter : Jean-Paul Sartre, François Mitterrand, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, François Truffaut, André Comte-Sponville, Luc Ferry, Henri Guillemin, Jacques Attali, Edwy Plenel, Claude Allègre, Mario Botta, Raphaël Enthoven, Jean Ziegler et de nombreux autres.
À ce jour, le fonds d’archives sonores Club 44 comporte 250 bandes magnétiques et 1’690 cassettes audio auxquelles s’ajoutent, depuis 2005,  les enregistrements numériques. Pour toute information complémentaire, merci de vous référez à la page Mentions utiles.
Si vous deviez constater des erreurs, nous vous serions reconnaissants de nous les signaler en écrivant à mediatheque@club-44.ch car notre base de données est appelée à s’améliorer grâce notamment à l’attention de ses visiteurs. D’avance, merci !

Détail de l’intervention

Monique LaederachMarc PerrenoudYvette ThéraulazGeorges Haldas
• Table ronde

Jenny Humbert-Droz; femme d’un siècle

Monique Laederach • Marc Perrenoud • Yvette Théraulaz • Georges Haldas • Denis Muller • Jean Hofner

Table ronde organisée à l’occasion de la présentation au Théâtre Populaire Romande de la pièce "Jenny Tout Court", sur la vie de Jenny Humbert-Droz, mise en scène par Michel Beretti. - Introduction et présentation des intervenants par Jean-Patrice Hofner. - Yvette Théraulaz, interprète de Jenny Humbert-Droz dans la pièce, explique qu’elle est à l’origine de ce projet, à savoir raconter l’histoire d’un siècle à travers un destin individuel. - le scénario de Michel Berettirepose essentiellement sur les mémoires de Jules Humbert-Droz. Il remarque que jusqu’au dernier jour, la colère de Jenny est restée vivace ; c’était une colère constructive, car elle était, comme disait Saint Thomas d’Aquin, « moteur de l’action ». - Monique Laederach, poétesse, qui, comme Jenny, était fille de pasteur, a connu cette dernière en entrant au Parti Socialiste. Elle explique que là où Jenny a marqué une rupture nette avec son éducation chrétienne, c’est que chez les chrétiens, la société meilleure est promise pour l’au-delà, après le jugement dernier, alors que le communisme, au contraire, souhaite un monde meilleur ici (cf. l’expression des « lendemains qui chantent »). Cette révolte contre les traditions familiales, Jenny l’a exprimée la première fois en épousant Jules, c’est-à-dire en se mariant par libre choix et contre la volonté de ses parents. - Denis Müller, pasteur et professeur d’éthique, évoque le mémoire de licence de théologie de Jules Humbert-Droz en 1914, qui donne les premières pistes de son engagement. On y trouve un exposé des rapports entre l’institution du mariage et les doctrines capitalistes et socialistes, un éloge de l’amour libre, ainsi que des positions antimilitaristes et féministes. - Marc Perrenoud, historien, fait remarquer que la critique du capitalisme énoncée par Jenny a évolué avec le temps, et qu’il y a quelques années encore, elle l’avait ajustée aux conditions actuelles du néo-libéralisme. Le dégoût de la guerre a été une autre constante parmi ses opinions ; à la fin de sa vie, elle a d’ailleurs soutenu la création du Groupe pour une Suisse sans Armée (GssA). La Première guerre mondiale a été déterminante dans la formation chez elle d’une opinion antimilitariste, et une grande part du prestige des bolchevistes parmi les ennemis de l’impérialisme dans le monde tient au fait qu’ils s’étaient retiré du conflit au nom de refus de la guerre entre les peuples. Les influences du pasteur Paul Pettavel et du christianisme social ont également joué un grand rôle dans la parcours intellectuel de Jenny. - L’écrivain Georges Haldas s’arrête sur la notion d’engagement. Ce dernier est selon lui plus déterminé par le vécu que par une réflexion rationnelle : la primauté, dans l’analyse, doit toujours revenir à la « personne humaine », qu’il ne faut pas confondre avec l’individu. Il souhaiterait en savoir plus, de ce point de vue-là, sur la vie de Jenny, pour comprendre ce qui a pu, dans ses expériences de vie, la déterminer à devenir communiste. Le débat se poursuit, avec interventions du public également et enfin, Gino Zampieri, qui a aussi travaillé sur la pièce Jenny Tout Court, regrette l’absence de jeunes à ce débat (à l’exception de son assistant qui lui répondra) et met en avant l’importance (à la base de tout engagement) de faire des choix.


Domaine(s) : sciences humaines


Mots clés : féminisme Humbert-Droz, Jenny militantisme pacifisme

Monique Laederach

Monique Laederach

Ecrivain; poète, traductrice et romancière; Licence ès lettres; collaboratrice à « La Liberté"; enseignante; titulaire d’une virtuosité de piano de l’Académie de Vienne; native des Brenets. Prix Schiller de littérature en 1977, 1983, 2000.

Marc Perrenoud

Marc Perrenoud

Marc Perrenoud est historien, spécialiste de l’histoire suisse des XIXe et XXe siècles, en particulier de la communauté juive et de l’histoire des banques.

Yvette Théraulaz

Yvette Théraulaz

Avec «Ma Barbara», Yvette Théraulaz poursuit son parcours de chanteuse, après «Histoires d’elles», un spectacle musical sur sa mère, sur l’émancipation des femmes, puis «Comme un vertige», une exploration du temps et de ses ravages, et enfin Les Années qui retraçait, de ruptures amoureuses en engagements politiques, le chemin d’une vie. Au théâtre, ses rôles ont marqué les scènes francophones. En 2013, sa carrière a été récompensée par le prestigieux Anneau Hans Reinhart, qui lui a valu une publication de la Société Suisse du Théâtre (Peter Lang, 2013).

Site de Yvette Théraulaz

Georges Haldas

Georges Haldas

Origine : GE ; Ecrivain

Jean Hofner

Jean Hofner

Notaire et micro-psychanalyste.

Audio