logo Club 44

Voyages en tête-à-têtes avec le monde…

Bienvenue au Club 44, un espace unique et atypique qui organise et accueille des conférences, débats et rencontres avec la volonté de stimuler la curiosité, de cultiver l’échange et découvrir le dialogue dans un contexte apolitique et areligieux.

Des orateurs illustres se sont exprimés au Club 44 que vous pouvez retrouver dans la médiathèque : Jean-Paul Sartre, François Mitterrand, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, François Truffaut, Mario Botta, Edwy Plenel, Raphaël Enthoven et de nombreux autres.

Blaise Cendrars, traces de vie en terre neuchâteloise

Blaise Cendrars, traces de vie en terre neuchâteloise

François Ochsner • Laurent Tatu

Exposition

François  OchsnerLaurent Tatu

Blaise Cendrars, né Frédéric Sauser en 1887 à La Chaux-de-Fonds, a passé son enfance dans cette ville et une partie de son adolescence à Bâle et à Neuchâtel. Cette période helvétique initiale de la vie de l’écrivain, qui se termine en 1910 avec la fin de ses études à Berne, est mal connue. Un éclairage nouveau peut être donné sur ces années de vie de Cendrars grâce à l’étude des sources locales, pour certaines encore inédites. Il est également intéressant de comprendre les rapports particuliers de Cendrars à la nationalité. Ses relations complexes à la Suisse se sont manifestées à la fois dans son parcours de naturalisation, dans son œuvre littéraire et par un retour tardif aux sources helvétiques.

Exposition jusqu’au 19 décembre 2014, ouverte les soirs de conférence ou sur rendez-vous durant les heures de bureau (032 913 45 44).


Prix d’entrée : Entrée libre

François  Ochsner

François Ochsner

Neurologue à La Chaux-de-Fonds et maître d’enseignement et de recherches à l’Université de Lausanne. Passionné d’histoire locale et fin connaisseur de l’évolution de la ville de La Chaux-de-Fonds, il fouille depuis plusieurs années le passé de Blaise Cendrars et de sa famille dans les montagnes neuchâteloises. Il est co-auteur avec Laurent Tatu d’un livre sur Blaise Cendrars et la Suisse qui sera présenté à l’occasion de la conférence (G d’Encre 2014).

Laurent Tatu

Laurent Tatu

Neurologue au CHU de Besançon et professeur d’anatomie à l’Université de Franche-Comté. D’origine jurassienne, il travaille de longue date sur l’histoire personnelle de Blaise Cendrars en terre neuchâteloise et sur son parcours durant la Grande Guerre. Ses recherches ont abouti à plusieurs publications sur cette thématique. Il est co-auteur avec François Ochsner d’un livre sur Blaise Cendrars et la Suisse qui sera présenté à l’occasion de la conférence (G d’Encre 2014).

Audio

Galerie photos

media-c44/c44-i-54588b433d1c8.jpgmedia-c44/c44-i-5459f51da887c.jpg

Programme en PDF

décembre 2014

Piratage informatique et droits d’auteur

Quelles solutions face à l’illicéité?

Vincent Salvadé

Conférence | 20:15

Vincent Salvadé

Avec internet, le piratage de musique ou de films a pris de l’importance. Il montre un décalage entre le droit et la pratique, dont il faut se préoccuper : une société soucieuse de son développement culturel ne peut accepter le pillage du travail de création. Quelles sont les solutions envisageables ? Celles-ci comportent-elles certains risques ? Comment rétablir l’équilibre entre tous les intérêts en présence ? La Suisse se démarque-t-elle par rapport à l’étranger ?

En collaboration avec l’Université de Neuchâtel.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Vincent Salvadé

Vincent Salvadé

D’origine jurassienne, Vincent Salvadé a effectué sa scolarité à Porrentruy, puis des études de droit à l’Université de Lausanne. Après avoir rédigé une thèse de doctorat en procédure civile sous la direction du professeur Jean-François Poudret (1995), il s’est consacré au droit d’auteur au sein de la coopérative des auteurs et éditeurs de musique SUISA. Il en est le directeur général adjoint depuis 2010. Il enseigne à l’Université de Neuchâtel depuis 2010.

Présentation

Mémoires ébouriffées

Récits d’une reporter au long cours

Laurence Deonna

Rencontre | 20:15

Laurence Deonna

«J’ai dû en franchir des barrières, des murs, des frontières, des pays, des préjugés et les aspects plus ou moins avoués du machisme.» Reporter, écrivaine et photographe, Laurence Deonna s’inscrit dans la lignée des grandes voyageuses : Isabelle Eberhardt, Ella Maillart, Anne-Marie Schwarzenbach. Née en 1937, elle leur succède. Autre temps. Autre parcours de vie. Un point commun : l’aventure. Vient s’y ajouter la franchise qui est le luxe de sa génération : une femme qui peut tout dire, ou presque. Son irrésistible sens de l’humour, joint à une volonté inoxydable, lui ont permis de survivre tant aux tragédies familiales, qu’à celles, parfois insoutenables, du terrain du reportage. Vétérane des années 60, Laurence Deonna a parcouru en solitaire des pays devenus depuis périlleux. Un fil rouge tisse ces Mémoires ébouriffées (L’Aire, 2014) empreintes à la fois de légèreté et de gravité : le pacifisme, l’empathie et la compassion, particulièrement envers les femmes.

En collaboration avec la librairie La Méridienne.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Laurence Deonna

Laurence Deonna

Laurence Deonna est née à Genève en 1937, d’une famille de la haute bourgeoisie. Mais la rigidité du calvinisme l’étouffe. Elle se marie, puis elle fuit. Toutes sortes de petits boulots. De 1962 à 1967, elle assiste Jan Krugier, marchand d’art contemporain mondialement connu, avant de s’en aller sur les routes du monde qu’elle ne quittera plus. Spécialiste du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale depuis près d’un demi-siècle, elle est l’auteure d’une douzaine de livres, tous traduits, ainsi que d’expositions de photos en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. On lui doit également des films. En 1987, le Prix de l’Unesco pour l’éducation et la paix lui a été décerné pour l’esprit de son œuvre.

Présentation

Retournez les fusils !

Choisir son camp

Jean Ziegler

Conférence | 20:15

Jean Ziegler

Son camp, Jean Ziegler l’a choisi depuis longtemps. Son engagement est même l’oeuvre de toute une vie. A l’université de Genève d’abord, où il a formé des générations de sociologues à la pensée critique. A l’ONU ensuite, où il a travaillé sans relâche à l’éradication de la faim au nom de la dignité des peuples. Dans ses livres enfin, par lesquels il n’a cessé de dénoncer les mécanismes d’assujettissement des peuples du monde. A partir de ses expériences de terrain et de son travail critique, Jean Ziegler a constitué le trésor de guerre que voici, présenté dans une édition entièrement refondue, plus de trente ans après la première. Comment penser le monde et le transformer ? Quels sont les outils analytiques à notre disposition pour y parvenir ? Choisir son camp, oui. Parce qu’il est grand temps de retourner les fusils.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Jean Ziegler

Jean Ziegler

Jean Ziegler est rapporteur spécial à l’ONU pour le droit à l’alimentation de 2001 à 2008, aujourd’hui membre du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, il est professeur émérite de sociologie à l’université de Genève. Il a consacré l’essentiel de son oeuvre, principalement publiée au Seuil, à dénoncer les mécanismes d’assujettissement des peuples du monde. Il vient de remanier Retournez les fusils ! (Seuil, 2014).

Programme en PDF

janvier 2015

Marseille Cendrars, une autobiographie poétique

Marseille Cendrars, une autobiographie poétique

Jean-Christophe Béchet

Vernissage | 19:15

Jean-Christophe Béchet

"Après avoir photographié Tokyo, New York ou Paris, j’ai voulu photographier Marseille, ma ville natale… J’ai essayé, je n’y arrivais pas, je n’étais pas assez « dépaysé »… Et puis, j’ai relu L’homme foudroyé de Blaise Cendrars et où il consacre un chapitre à Marseille. Désormais j’avais trouvé mon guide pour redécouvrir cette ville, pour la voir à travers ce «bourlingueur» qui sait si bien mélanger le vrai et le faux, la fiction et le réel, l’autobiographie et la poésie. Marseille est une ville à l’image de Cendrars. Une ville de voyageurs, une ville qui exagère et qui invente sa légende. Grâce à Cendrars, je pouvais enfin photographier ma ville natale en mêlant le passé et le présent, l’intimité et l’aventure, la nuit et le jour, la couleur et le noir & blanc."
Jean-Christophe Béchet

Exposition jusqu’au 26 février 2014, ouverte les soirs de conférence ou sur rendez-vous durant les heures de bureau (032 913 45 44).


Prix d’entrée : Entrée libre

Jean-Christophe Béchet

Jean-Christophe Béchet

Né en 1964 à Marseille, Jean-Christophe Béchet y vit jusqu’à 21 ans. Après des études d’économie et de photographie, il séjourne en Afrique de l’Ouest.I Attiré par les grandes métropoles, il photographie Tokyo de 1992 à 2002, les Etats-Unis de 1996 à 2011, il voyage en Italie, au Népal, en Indonésie, en Amérique du Sud. Et toujours il revient à Marseille, « voir sa famille, retrouver une lumière, sentir la mer, humer le vent ». Il y retrouve « l’urbain, l’ailleurs, la pierre », les trois fondements de son parcours photographique. Il est représenté par la galerie Les Douches la Galerie (Paris) www.jcbechet.com

Site de Jean-Christophe Béchet

Présentation

Marseille Cendrars, une autobiographie poétique

Jean-Christophe Béchet

Exposition

Jean-Christophe Béchet

"Après avoir photographié Tokyo, New York ou Paris, j’ai voulu photographier Marseille, ma ville natale… J’ai essayé, je n’y arrivais pas, je n’étais pas assez « dépaysé »… Et puis, j’ai relu L’homme foudroyé de Blaise Cendrars et où il consacre un chapitre à Marseille. Désormais j’avais trouvé mon guide pour redécouvrir cette ville, pour la voir à travers ce «bourlingueur» qui sait si bien mélanger le vrai et le faux, la fiction et le réel, l’autobiographie et la poésie. Marseille est une ville à l’image de Cendrars. Une ville de voyageurs, une ville qui exagère et qui invente sa légende. Grâce à Cendrars, je pouvais enfin photographier ma ville natale en mêlant le passé et le présent, l’intimité et l’aventure, la nuit et le jour, la couleur et le noir & blanc."
Jean-Christophe Béchet


Prix d’entrée : Entrée libre

Jean-Christophe Béchet

Jean-Christophe Béchet

Né en 1964 à Marseille, Jean-Christophe Béchet y vit jusqu’à 21 ans. Après des études d’économie et de photographie, il séjourne en Afrique de l’Ouest.I Attiré par les grandes métropoles, il photographie Tokyo de 1992 à 2002, les Etats-Unis de 1996 à 2011, il voyage en Italie, au Népal, en Indonésie, en Amérique du Sud. Et toujours il revient à Marseille, « voir sa famille, retrouver une lumière, sentir la mer, humer le vent ». Il y retrouve « l’urbain, l’ailleurs, la pierre », les trois fondements de son parcours photographique. Il est représenté par la galerie Les Douches la Galerie (Paris) www.jcbechet.com

Site de Jean-Christophe Béchet

Présentation

Imager le monde

Qu’attend-on de la photographie ?

Nathalie Herschdorfer

Conférence | 20:15

Nathalie Herschdorfer

Depuis son invention, la photographie a pour vocation de « dire » le monde. La photographie s’est vue attribuer la tâche de produire le récit visuel de son époque par le biais d’images de presse, d’archives photographiques, de clichés amateurs ou de travaux personnels tels que le propose le photographe français Jean-Christophe Béchet qui cherche à se libérer du documentaire. Pour voir et expérimenter le monde, nous ne regardons pas seulement des images, nous en prenons. 100 millions d’images seraient partagées chaque jour sur Facebook. Que nous montre la photographie exactement ?

En partenariat avec la Nuit de la Photo (www.nuitdelaphoto.ch) dont la prochaine édition aura lieu le 14 février 2015 ; et en collaboration avec le Musée des beaux-arts du Locle (www.mbal.ch) et Payot Libraire.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
membres du Club 44  et amis du Musée des beaux-arts du Locle : entrée libre

Nathalie Herschdorfer

Nathalie Herschdorfer

Nathalie Herschdorfer est directrice du Musée des beaux-arts du Locle. Historienne de l’art spécialisée dans la photographie, elle a dirigé récemment le festival de photographie Alt. +1000 à Rossinière et a été pendant 12 ans conservatrice au Musée de l’Elysée à Lausanne.

Présentation

Comment coacher un enfant dyslexique ?

Avoir des talents et apprendre dysfféremment

Christian Müller • Marylène Garnier

Conférence | 20:15

Christian MüllerMarylène Garnier

Lorsqu’il éprouve des difficultés à parler, à lire, à calculer, ou à se concentrer sur une tâche, un enfant est fréquemment traité de fainéant. Si sa description mentionne encore que cet enfant possède des talents artistiques ou qu’il pratique un sport de haut niveau, il sera considéré comme faisant exprès d’échouer en classe. Il est, avec son entourage, en grande souffrance. Est-il sot, ou immature? Suis-je un bon parent? Suis-je un enseignant compétent? Que penser ? Comment faire ?

En collaboration avec l’Association et Ecole Dix Atouts www.ecoledixatouts.ch et Payot Libraire.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Christian Müller

Christian Müller

Médecin psychiatre pour enfants et pour adolescents FMH, Christian Müller est médecin consultant d’institutions pour enfants et adolescents, supervisions / intervisions dans les domaines de la psychothérapie, de la logopédie, de la thérapie d’art, de la pédagogie curative et de l’enseignement. Il est également formateur (cours post-gradués) à l’EESP, Lausanne, et à la HEP, BEJUNE. Formé en PNL (praticien, maître-praticien, formateur) — il a suivi des séminaires chez Richard Bandler, John Grinder et Robert Dilts, et a été assistant chez Thies Stahl (www.nlp-pnl-metanoia.ch)

Marylène Garnier

Marylène Garnier

Marylène Garnier est présidente de l’Ecole des Dix Atouts et réalisera l’interview de Christian Müller.

Présentation

Le tatouage contemporain

De nouveaux rapports au corps, à la culture et à l’art

Valérie Rolle

Conférence | 20:15

Valérie Rolle

La pratique du tatouage a, depuis quelques décennies, droit de cité sur les peaux. Mais comment sa migration des marges vers le mainstream s’est-elle opérée ? Qu’est-ce que cela signifie de se faire tatouer à présent ? Sommes-nous libres de façonner notre corps comme bon nous semble ? Quelles images s’inscrit-on dans la chair ? En quels termes l’univers visuel du tatouage a-t-il évolué ? La pratique est-elle devenue un art et les tatoueurs des artistes ? Autant de questions qu’il s’agira d’explorer pour mieux comprendre ce qu’une pratique de modification corporelle comme le tatouage peut nous dire de la relation que nous entretenons aujourd’hui à nos corps, à la culture et à l’art.

En collaboration avec Payot Libraire.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Valérie Rolle

Valérie Rolle

Valérie Rolle est sociologue à l’Université de Lausanne. Ses thèmes de prédilection croisent travail, culture et art. Elle a récemment publié L’art de tatouer (La Maison des sciences de l’homme, 2013) et, en collaboration avec Olivier Moeschler, De l’école à la scène (Antipodes, 2014).

Présentation