logo Club 44

Voyages en tête-à-têtes avec le monde…
Bienvenue au Club 44, un espace unique et atypique qui organise et accueille des conférences, débats et rencontres avec la volonté de stimuler la curiosité, de cultiver l’échange et découvrir le dialogue dans un contexte apolitique et areligieux.

Des orateurs illustres se sont exprimés au Club 44 que vous pouvez retrouver dans la médiathèque : Jean-Paul Sartre, François Mitterrand, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, François Truffaut, André Compte-Sponville, Luc Ferry, Jacques Attali, Edwy Plenel, Claude Allègre, Mario Botta, Raphaël Enthoven, Jean Ziegler et de nombreux autres.

«Industrielles»

«Industrielles»

Exposition

«Industrielles» réunit des images réalisées par Fernand Perret des années 50 aux années 80 pour le compte de diverses entreprises installées à La Chaux-de-Fonds. En tant qu’art de commande, la photographie industrielle sert tout d’abord la communication d’une firme et présente une vision souvent magnifiée du monde du travail et du génie industriel. Mais l’exposition fera entrevoir l’ambivalence de cette pratique, puisque avec la distance temporelle qui se creuse, ces images acquièrent la valeur d’authentiques documents, témoins d’un monde révolu.

L’œuvre photographique de Fernand Perret (1915-1995) est riche de plus de 100’000 négatifs, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (DAV). Issues pour l’essentiel de commandes, ces photographies composent un portrait architectural, social et intime sans équivalent de la métropole horlogère au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

En partenariat avec la 5e Nuit de la Photo qui aura lieu le samedi 13 février 2016.

Exposition ouverte les soirs de conférence ou sur demande durant les heures de bureau (032 913 45 44) jusqu’au 25 février 2016.


Prix d’entrée : Entrée libre

Audio

Galerie photos

media-c44/c44-i-564d8ecac4394.jpgmedia-c44/c44-i-564d8ee083cdc.jpgmedia-c44/c44-i-564d8ef36a557.jpgmedia-c44/c44-i-564d8f0690680.jpg

Présentation

Programme en PDF

février 2016

Multinationales en question

Quand le silence est d’or !

Didier Berberat • Chantal Peyer • Alain Deneault • Pierre-Olivier Chave • Catherine Morand

Débat | 20:15

Didier BerberatChantal PeyerAlain DeneaultPierre-Olivier Chave

«Personne ne voudrait que la circulation routière repose sur des principes volontaires et soit dictée par la loi du plus fort. De la même manière, les activités des sociétés à l’étranger doivent être encadrées par des règles claires» déclare Dick Marty, membre du Comité d’initiative «Multinationales responsables». Actuellement n’existent que des recommandations du Conseil fédéral et du Parlement. Ne doit-il pas y avoir un changement légal pour que les entreprises transnationales ayant leur siège en Suisse respectent les droits humains et l’environnement ? Entre liberté d’entreprendre et responsabilité sociale, la mondialisation nous oblige-t-elle à repenser la loi ou cela fera-t-il fuir les entrepreneurs ?


En partenariat avec Action de Carême, Pain pour le Prochain et Être partenaire dans le cadre de la campagne œcuménique 2016 « Prendre ses responsabilités – renforcer la justice ».
Prix d’entrée : Entrée libre

Didier Berberat

Didier Berberat

Conseiller aux Etats neuchâtelois.

Chantal Peyer

Chantal Peyer

Responsable du groupe de travail «entreprises et droits humains» à Pain pour le Prochain.

Alain Deneault

Alain Deneault

Alain Deneault est Docteur en philosophie de l’Université Paris-VIII 1. Il est actuellement chercheur au Réseau justice fiscale (Québec/Canada) et enseignant au Département de science politique de l’Université de Montréal 2. Il a notamment écrit «Offshore, Paradis fiscaux et souveraineté criminelle» (La Fabrique, 2010) et «Les paradis fiscaux, la filière canadienne» (Ecosociété, 2014).

Pierre-Olivier Chave

Pierre-Olivier Chave

président de PX Group SA.

Catherine Morand

Catherine Morand

Responsable médias pour Swissaid.

Présentation

Famille liquide, famille solide

La psychothérapie à l’épreuve des nouvelles familles

Pierre Fossion • Mari Carmen Rejas Martin

Conférence | 20:15

Pierre FossionMari Carmen Rejas Martin

Depuis une trentaine d’années, la société occidentale voit se développer de nouvelles formes familiales : familles monoparentales, familles recomposées, couples parentaux non cohabitant, couples parentaux homosexuels,... Autrement dit, il n’y a plus de référence familiale universelle. Les thérapeutes sont dès lors vivement encouragés à les prendre en considération et à les accepter dans leur singularité, sans pour autant les comparer à un modèle préexistant et sans pour autant les pathologiser. Quels outils leur donner et quel accompagnement proposer ?

Pierre Fossion, Mari Carmen Rejas Martin et Siegi Hirsch ont coécrit «La Trans-Parentalité, la psychothérapie à l’épreuve des nouvelles familles» (L’Harmattan, 2008).


En partenariat avec Sombaille Jeunesse et en collaboration avec la librairie La Méridienne.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
Membres du Club 44 : entrée libre

Pierre Fossion

Pierre Fossion

Pierre Fossion est docteur en médecine, psychiatre, psychothérapeute et docteur en sciences médicales. Il est maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles, responsable du cours de psychiatrie en faculté des sciences de la motricité.

Mari Carmen Rejas Martin

Mari Carmen Rejas Martin

Mari Carmen Rejas Martin est docteure en philosophie et psychothérapeute. Elle vient de publier «1936, itinéraire d’un enfant espagnol. Paco: l’impossible oubli» (Editions La Société des Ecrivains, 2015).

Présentation

Résilience et psychanalyse

Journal de bord

Boris Cyrulnik

Conférence | 20:15

Boris Cyrulnik

« A cause de la guerre, du fracas de mon enfance, j’ai été, très jeune, atteint par la rage de comprendre. J’ai cru que la psychiatrie, science de l’âme, pouvait expliquer la folie du nazisme. Pour maîtriser ce monde et ne pas y mourir, il fallait comprendre, c’était ma seule liberté. » Ce vécu a rendu Boris Cyrulnik psychiatre dès l’enfance. A travers ses Mémoires, il a voulu rendre compte des cinquante ans d’aventure psychiatrique et de comment ce désir profond d’enfant s’est transformé, adossé aux recherches et pratiques en psychiatrie. L’une des notions qui lui sont chères - la résilience - constitue pour le psychiatre une nouvelle manière de comprendre et de soulager les souffrances psychiques auprès des âmes blessées.

ATTENTION ! LA CONFÉRENCE EST COMPLÈTE !


En collaboration avec Payot Libraire.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
Membres du Club 44 : entrée libre

ATTENTION ! LA CONFÉRENCE EST COMPLÈTE !

Boris Cyrulnik

Boris Cyrulnik

Boris Cyrulnik est neuropsychiatre et directeur d’enseignement à l’Université de Toulon. Il est l’auteur d’immenses succès, dont notamment «Sauve-toi, la vie t’appelle» et «Les Âmes blessées", les deux tomes de ses Mémoires.

Présentation

mars 2016

«Mas humanos, mas cubanos»

«Mas humanos, mas cubanos»

Photographies

Armel Habluetzel

Vernissage | 19:15

Armel Habluetzel


Prix d’entrée : Entrée libre

Armel Habluetzel

Armel Habluetzel

Autodidacte établi à La Chaux-de-Fonds, Armel Habluetzel travaille en tant que photographe freelance depuis plus de dix ans, touchant aux différents domaines de la photographie tels que portraits, reportages de voyages, reportages sociologiques, mariages, publicité, architecture, concerts. Néanmoins ses domaines de prédilection sont les reportages photos à caractère social et la couverture de concerts. Tout au long de sa carrière, il a eu la possibilité de collaborer avec différents médias tels que NZZ, Keystone, Giornale del Popolo, Vorwärts et 7th Sky Magazine.

«Mas humanos, mas cubanos»

Armel Habluetzel

Exposition

Armel Habluetzel

L’exposition «Mas humanos, mas cubanos» permet de découvrir différents aspects de l’architecture de La Havane et de contempler le truculent spectacle de la vie quotidienne des Havanais dans la rue. Car c’est bien là, dans les parcs, au détour des avenues et sur les trottoirs où les Cubains passent une bonne partie de leur temps, que l’on assiste à des scènes de vie hors normes : musiques, salsa, cigares et rhum local, joie de vivre et sourires. Dans ce travail, Armel Habluetzel s’est efforcé de rendre compte de cette perpétuelle animation rencontrée lorsqu’il déambulait le long des rues de la capitale. Il a axé son travail d’une part sur l’architecture de la cité, en particulier sur les façades extérieures des bâtiments tombant en décrépitude ; d’autre part, au gré des rencontres, sur les Havanais dont il a réalisé des portraits. Il faut dire que les gens rencontrés à Cuba étaient très ouverts, souriants, et toujours enclins à la discussion, sauf peut-être lorsqu’il s’agissait de parler de la situation politique de l’île. En effet, les conditions de vie des Cubains sont difficiles, le salaire moyen est d’environ 15 dollars par mois. Cependant, le gouvernement assure à tous les Cubains un toit, de la nourriture en distribuant aux plus pauvres des bons pour des denrées alimentaires de base, et l’accès gratuit à des soins de très haute qualité. D’un autre côté, il est également vrai que les dissidents ne sont toujours pas tolérés sur l’île et que la censure y est toujours très présente. Il en découle une forte discrimination envers les artistes engagés et autres intellectuels, de même que vis-à-vis de la communauté homosexuelle. Cela explique en partie cette réticence à aborder certains sujets sensibles. Tout est-il en train de changer ?

Exposition ouverte les soirs de conférence ou sur demande durant les heures de bureau (032 913 45 44) jusqu’au 28 avril 2016.


Prix d’entrée : Entrée libre

Armel Habluetzel

Armel Habluetzel

Autodidacte établi à La Chaux-de-Fonds, Armel Habluetzel travaille en tant que photographe freelance depuis plus de dix ans, touchant aux différents domaines de la photographie tels que portraits, reportages de voyages, reportages sociologiques, mariages, publicité, architecture, concerts. Néanmoins ses domaines de prédilection sont les reportages photos à caractère social et la couverture de concerts. Tout au long de sa carrière, il a eu la possibilité de collaborer avec différents médias tels que NZZ, Keystone, Giornale del Popolo, Vorwärts et 7th Sky Magazine.

Galerie photos

media-c44/c44-i-56a88cee4cbc5.jpgmedia-c44/c44-i-56a88e81f3177.jpg

Suisse-Union européenne

Je t’aime moi non plus !

Jean Zwahlen

Conférence | 20:15

Jean Zwahlen

Pourquoi, l’Union européenne étant notre voisine et notre principal partenaire, refusons-nous d’en tirer les conclusions politico-institutionnelles ? Pourquoi rejeter la libre circulation des personnes, alors que la Suisse héberge proportionnellement le plus grand nombre de ressortissants de l’Union européenne? Pourquoi vouloir dénoncer la Convention Européenne des Droits de l’Homme, alors que nous pourrions proposer de la réviser, probablement avec le soutien d’autres Etats ? Pourquoi cette valse-hésitation avec l’Union européenne qui délite notre image d’Etat fiable ? Pourquoi vouloir imposer la primauté du droit national alors que la plupart des problèmes actuels sont globaux et nécessitent des décisions supranationales ?


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Jean Zwahlen

Jean Zwahlen

Jean Zwahlen a fait son gymnase à La Chaux-de-Fonds. Il est licencié en Droit et en Sciences Economiques & Commerciales de l’Université de Neuchâtel. Il a fait une carrière diplomatique qu’il a terminé en qualité d’Ambassadeur à l’OCDE, avant de rejoindre la BNS où il a dirigé le Département responsable de la conduite de la politique monétaire. Au cours de sa carrière, Jean Zwahlen a conduit de nombreuses négociations bilatérales et multilatérales touchant à des questions économiques, monétaires, bancaires et énergétiques. Il a aussi été Professeur invité à l’IUHEI. A sa retraite en 1996, Jean Zwahlen a été nommé Vice-Président de BNP Paribas et de l’UBP (Union Bancaire Privée) où il est encore Senior Advisor for Asia. Jean Zwahlen a siégé au Conseil académique des Universités de Neuchâtel et Lausanne, et présidé la Fondation Louis-Jeantet de Médecine.

La campagne présidentielle américaine

Christine Ockrent

Conférence | 20:15

Christine Ockrent

Jamais au cours de leur histoire politique les Américains n’ont fait face à des candidats à l’élection présidentielle qui sont en tel désaccord sur l’essentiel. Côté démocrate, Hillary Clinton et Bernie Sanders appartiennent à deux mondes différents. Côté républicain, Donald Trump a déstabilisé les différents courants du parti et la lutte entre lui et Ted Cruz se mène au couteau.
Pourquoi un tel éclatement du paysage politique américain ? Comment les enjeux de l’immigration et de l’économie pèsent-ils sur la campagne ? Quel impact pour nous Européens et que devons-nous attendre du prochain président des États-Unis, quel qu’il - ou elle - soit?

Réservation indispensable : priorité aux membres du Club 44, pour les non-membres dès le 8 mars, par mail à info@club-44.ch ou au 032 913 45 44.


Prix d’entrée : Réservation indispensable : priorité aux membres du Club 44, pour les non-membres dès le 8 mars, par mail à info@club-44.ch ou au 032 913 45 44.

15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Christine Ockrent

Christine Ockrent

Née à Bruxelles, Christine Ockrent est la première femme à avoir présenté le Journal de 20h sur France 2. Après avoir dirigé L’Express, elle a présenté des émissions politiques sur France 3. De 2008 à 2011, elle a dirigé l’AEF (Audiovisuel extérieur de la France). Actuellement, la journaliste anime sur France Culture l’émission «Affaires étrangères", axée sur la géopolitique. Début 2015, elle a rejoint l’émission «Les Grosses Têtes» sur RTL présentée par Laurent Ruquier. Elle a signé de nombreux ouvrages dont «Madame la... : Ces femmes qui nous gouvernent» (Plon, 2007), «Le Président des États-Unis» (Dalloz, 2008) et «Les oligarques : le système Poutine» (Robert Laffont, 2014).

Voile et laïcité

Régis Debray

Conférence | 20:15

Régis Debray

Le mot de laïcité est entouré d’un halo qui parfois ne permet plus de savoir ce qu’il recouvre exactement. « Ecran ou étendard » pour reprendre les mots de Régis Debray, la laïcité mérite non seulement qu’on en reprécise les pourtours, mais qu’on comprenne bien comment l’interpréter et la pratiquer au quotidien. La laïcité n’est pas l’athéisme et encore moins la tolérance. En France, la laïcité est une construction juridique fondée sur une exigence de la raison : l’égalité en droit de tous les êtres humains. En voyant comment les questions d’appartenance et des symboles y relatifs sont devenues brûlantes, il devient urgent de «veiller de plus près aux mises en œuvre effectives d’un principe général consubtantiel à la République, qui ne se réduit pas seulement au rapport de l’Etat et des Eglises.» Comment faire ? Qu’autoriser et qu’interdire dans les situations concrètes ?

En écho à l’exposition «Voile et dévoilement", présentée au Musée d’Histoire de La Chaux-de-Fonds jusqu’au 10 avril 2016.

Réservation indispensable : priorité aux membres du Club 44, pour les non-membres dès le 8 mars, par mail à info@club-44.ch ou au 032 913 45 44.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Réservation indispensable : priorité aux membres du Club 44, pour les non-membres dès le 8 mars, par mail à info@club-44.ch ou au 032 913 45 44.

Régis Debray

Régis Debray

Philosophe et écrivain, Régis Debray s’est retrouvé mêlé à l’Histoire dès les années 60 aussi bien à Cuba qu’en Bolivie où il suit Che Guevara et où il sera emprisonné, ou au Chili où il rencontre Salvador Allende et Pablo Neruda. A son retour en France, il occupe de nombreuses charges dans l’Education. De 2002 à 2004, il est le président de l’Institut Européen en Sciences des Religions. En 2005, il crée la revue Médium, transmettre pour innover. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages, dont notamment Ce que nous voile le voile : La République et le sacré (Gallimard, 2004) et La laïcité au quotidien. Guide pratique (Gallimard, 2015).

Site de Régis Debray

La non-gouvernance

Y a-t-il encore un pilote dans l’avion ?

Xavier Colin

Conférence | 20:15

Xavier Colin

En 2016, on se demande parfois s’il y a encore un pilote dans l’avion. Malgré les grandes réunions au sommet, malgré les grands organes tels que l’ONU, on ne peut que constater une non-gouvernance croissante. Pourquoi ? Les politiques sont-ils démunis ? L’économie a-t-elle tout en main ? Comment expliquer ce phénomène inquiétant ?

En collaboration avec la SRT-Neuchâtel.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Xavier Colin

Xavier Colin

Après avoir passé 13 ans à Europe 1, le journaliste Xavier Colin a rejoint la RTS. Depuis 2008, il produit l’émission Geopolitis le dimanche sur RTS Un (visible aussi sur TV5monde).

avril 2016

«Sauvez la planète»

«Le message d’un chef indien d’Amazonie»

Corine Sombrun

Conférence | 20:15

Corine Sombrun

Corine Sombrun se fait la plume d’Almir Narayamoga Surui, afin de raconter l’histoire d’un peuple et le destin d’un homme devenu représentant de la cause des Indiens Suruí et de la sauvegarde des ressources naturelles de la planète. Considéré comme l’un des plus grands activistes autochtones d’Amérique du Sud, Almir Surui prend part à de nombreuses conférences internationales sur le changement climatique et le développement durable, il travaille également à présenter son projet de compensation carbone, consistant à demander aux plus gros pollueurs d’acheter des crédits-carbone qui pourraient permettre de financer la protection de la forêt amazonienne. Récompensé à Genève par le Prix des Droits de l’Homme et classé parmi les cent personnalités les plus importantes du Brésil, son combat contre la déforestation a fait de lui l’ennemi de nombreux exploitants forestiers, qui en 2007 ont placé un premier contrat de 100 000 $ sur sa tête. Il a alors été évacué en Californie, où loin de se décourager, il a souhaité rencontrer les dirigeants de Google et leur présenter son projet : utiliser Google Earth pour montrer la détérioration galopante de la forêt amazonienne, ses conséquences pour l’environnement de la planète tout entière et celles, plus immédiates, pour les 400’000 Indiens du Brésil qui y vivent encore. Le livre, lettre ouverte d’Almir Suruí à ses enfants, au cas où il serait assassiné, alterne entre son parcours personnel, son combat contre la catastrophe écologique qui menace l’humanité et l’histoire et les traditions de son peuple, les Paiter-Surui, surnommés “Les indiens Hi-tech” par la presse internationale.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Corine Sombrun

Corine Sombrun

Corine Sombrun a fait des reportages de par le monde pour BBC World et a publié plusieurs livres dont «Journal d’une apprentie chamane, Sur les pas de Geronimo» (traduit en américain) et «Les esprits de la steppe». Elle est passionnée par les mondes autochtones et le dialogue interculturel. Reconnue par les chamans de Mongolie comme l’une des leurs, Corine Sombrun est à l’origine du premier protocole de recherche sur la transe chamanique mongole étudiée par les neurosciences. Elle se fait la plume d’Almir Narayamoga Surui dans Sauver la planète – «Le message d’un chef indien d’Amazonie» (Albin Michel, 2015).

«Une rose et un balai»

Michel Simonet

Conférence | 20:15

Michel Simonet

«La couleur orange est aveuglante. Personne ne distingue l’homme dans sa tenue de travail, dont l’éclat fait aussitôt barrière : circulez, rien à voir, juste un balayeur. Celui-ci fait exception, la rose fraîche attachée à son chariot d’ordures le rend visible et le fait remarquer. Le truc est bien connu, les chefs d’Etat aussi ont un fanion à leur voiture, il demeure efficace. On cherche à voir qui se cache derrière les vitres teintées ou sous la tenue orange. Avec Michel Simonet, on n’est pas déçu. Cet homme porte sur lui la joie qui l’habite. Non pas l’hilarité bruyante du rigolo, mais un bonheur paisible que le regard atteste et que vient nuancer une pointe d’ironie – les lunettes à monture orange assortie au costume de travail, par exemple. Une joie profonde et discrète, celle de l’âme et de l’esprit, celle du croyant et du lettré. Pour l’âme, il s’en explique sans forfanterie ni fausse pudeur : «chrétien à l’air libre", avec «la foi du cantonnier», suivant le Christ en souliers à coque renforcée. Pour la gamberge littéraire, il l’assaisonne de clins d’œil potaches, signant «Joachin du Balai» ou pastichant Prévert : «Je vous salis ma rue…» Notre balayeur n’a rien de pédant, mais il est conscient de son capital culturel. Formé au collège Saint-Michel, pour tout dire, sur un modèle classique à l’épreuve du temps. Humaniste, on peut le dire aussi. (…) Les outils du balayeur sont lourds, ses horaires pénibles, et l’humeur du ciel souvent difficile à supporter. Lui voit le bon côté des choses : passer sa vie en plein air, tenir une belle forme athlétique, et jouir dans son emploi du temps d’appréciables marges de liberté. Humanisme, optimisme, cela va de pair : cherchez le bon côté des hommes et des choses, enseignaient les Anciens, il en existe toujours un."
Jean Steinauer


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Reprendre Dürrenmatt

«La Visite de la vieille dame» comme un jalon

Omar Porras

Conférence | 20:15

Omar Porras

Créée en 1993, La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt a représenté une étape clé pour la compagnie d’Omar Porras. Réalisée au Garage, un squat genevois, la mise en scène du metteur en scène suisse, d’origine colombienne, a impressionné les programmateurs des plus grandes scènes. Récompensée en 1994 par le Prix romand des spectacles indépendants, elle est également un jalon fondamental dans le répertoire du Teatro Malandro. Omar Porras la reprend en 2003 et en 2015. Pourquoi reprendre un tel texte ? Pourquoi cet écrit de Dürrenmatt occupe-t-il une telle place dans le travail d’Omar Porras, caractérisé par des enjeux universaux et par une recherche constante du sens, du lien entre corps et esprit, notamment à travers le travail du masque ? Quels liens y a-t-il entre un artiste à la culture catholique et aux racines colombiennes et un artiste suisse allemand, marqué par la religion protestante ?

En partenariat avec le TPR, en préambule aux représentations de «La Visite de la vieille» dame les 21 et 22 avril (L’Heure bleue à 20h15) et avec le Centre Dürrenmatt.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Omar Porras

Omar Porras

Comédien, metteur en scène et pédagogue, Omar Porras est depuis 2015 directeur du TKM Théâtre Kléber-Méleau. Formé à la danse et au théâtre en Europe, il fonde en 1990 le Teatro Malandro à Genève, sur le site du Théâtre du Garage, un haut lieu de la culture alternative genevoise. La compagnie s’affirme dès ses débuts sur le terrain de la création, de la formation et de la recherche. La technique théâtrale qu’Omar Porras insuffle à toute sa poétique se nourrit des traditions occidentales et orientales. Axée sur le corps du comédien et l’utilisation des masques, elle allie le geste chorégraphique à la musique. Le répertoire d’Omar Porras puise autant dans les classiques que dans les textes modernes et contemporains avec notamment La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt. Parallèlement au théâtre, Omar Porras explore l’univers de l’opéra. En 2014, il reçoit le Grand Prix suisse de théâtre / Anneau Hans Reinhart pour l’ensemble de sa carrière.

Site Théâtre Kléber-Méleau
Site du "Teatro Malandro"

Comprendre la violence terroriste

Réservé aux Membres du Club 44!

Alain Chouet

Conférence | 20:15

Alain Chouet

Conférence réservée aux membres du Club 44, dans le cadre de son assemblée générale.

Après nous avoir éclairé de manière tout à fait impressionnante en février 2015, peu après les attentats de Charlie Hebdo et à la supérette casher, sur la menace terroriste, Alain Chouet revient nous parler de la violence terroriste. Face à la masse d’informations, d’analyses et d’opinions, comment l’ancien chef de renseignement de sécurité voit-il la situation ? Quelles explications peut-on donner à la violence terroriste ? Quelles en sont les véritables racines ? Qui est à l’autre bout de la chaine ?


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Alain Chouet

Alain Chouet

Alain Chouet est entré en 1972 au SDECE devenu en 1982 DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), où il a achevé sa carrière en 2002 comme chef du service de renseignement de sécurité. Devenu l’un des meilleurs spécialistes mondiaux du problème, il est notamment l’auteur de «La Sagesse de l’espion» (L’Oeil neuf, 2010) et il s’est livré aux questions de Jean Guisnel dans «Au cœur des services spéciaux». «La menace islamiste : fausses pistes et vrais dangers» (La Découverte, 2013).

Blog d'Alain Chouet

L’Ancien Manège, une utopie ?

Un éclairage sur l’histoire chaux-de-fonnière !

Bernard Apothéloz • Marc Perrenoud

Conférence | 20:15

Bernard ApothélozMarc Perrenoud

Construit en 1857 pour accueillir des chevaux – d’où son nom – le bâtiment chaux-de-fonnier a peu servi cet objectif, car il a été converti en 1868 en maison d’habitation avec d’importants travaux qui, tous, témoignent d’une vision cohérente. La question qui se pose est la suivante : s’agissait-il de créer un espace inspiré du Phalanstère de Charles Fourier, destiné aux familles ouvrières ? La région des Montagnes est fière d’avoir accueilli Lénine, Bakounine et d’autres anarchistes, se revendiquant une terre d’idéalisme. Qu’en est-il vraiment ? Faut-il parler de familistère ou simplement de logements sociaux ? Quel était véritablement le contexte social de La Chaux-de-Fonds à la fin du XIXe siècle ? Et depuis quand met-on en avant cette tradition dans l’historiographie chaux-de-fonnière ?

En collaboration avec la Société coopérative de L’Ancien Manège.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Bernard Apothéloz

Bernard Apothéloz

Membre de la Société coopérative de L’Ancien Manège, Bernard Apothéloz est l’ancien délégué à la protection du patrimoine bâti, service d’urbanisme à la Ville de Lausanne.

Marc Perrenoud

Marc Perrenoud

Historien et docteur ès Lettres, Marc Perrenoud a travaillé notamment pour le «Dictionnaire historique de la Suisse». Il a édité avec Jean-François Bergier, dont il fut également un conseiller scientifique pour la commission du même nom, le volume des années 1939-1940 pour la base de données en ligne «Documents diplomatiques suisses", vaste projet d’édition des sources officielles de la politique étrangère helvétique. Il est un expert de la période 1939-1945, notamment de l’histoire des banques, de l’antisémitisme et de la politique d’asile suisse. Auteur de nombreux ouvrages, il a notamment publié «Banquiers et diplomates suisses» (1938-1946) (Antipodes, 2011).

mai 2016

«À corps perdu»

«À corps perdu»

Photographies

Gabriele Chirienti

Vernissage | 19:15

Gabriele Chirienti


Prix d’entrée : Entrée libre

Gabriele Chirienti

Gabriele Chirienti

Né dans le Sud de l’Italie, Gabriele Chirienti s’établit à Neuchâtel en 1988. Après être passé par les arts graphiques, le dessin et la peinture, il se forme à l’Académie de Meuron à Neuchâtel d’abord, puis enchaîne avec l’Ecole d’Art de La Chaux-de-Fonds. Il devient décorateur, puis s’intéresse au graphisme et pour finir, il étudie le webdesign. La photo a peu à peu pris sa place dans la palette de ses curiosités. Il délaisse la peinture pour le côté instantané, immédiat, émotionnel que lui offrent les prises de vue, souvent en noir et blanc. Il devient peu à peu un photographe en série: corps, structures urbaines, paysages et même série sur les camps de concentration. Aujourd’hui, il est engagé dans plusieurs projets collectifs et personnels de photographie, et l’enseigne également.

«À corps perdu»

Gabriele Chirienti

Exposition

Gabriele Chirienti

L’entrée dans cette série de clichés noirs/blancs réalisés par le photographe neuchâtelois Gabriele Chirienti, se fait par le judas de son iPhone 4S. L’artiste a fait de cet appareil urbain, possédé de presque tous, une fenêtre sur cour qui ouvre un accès sur l’intimité. Le corps d’une femme se dessine comme un paysage déconstruit. Morceaux de chair plissée, peau d’orange, plis et replis, le modèle nous donne à voir des reliefs et une topographie morcelée. L’artiste nous balade d’une courbe à l’autre. A même la peau. Elle est le seul guide, avec l’ombre et la lumière pour en délimiter les contours. Les repères connus n’existent plus. Est-ce un bras ? Un bout du dos ? L’aine ? Un sein ? Le spectateur tourne, et retourne ce puzzle dans son œil sans jamais savoir dans quel sens le regarder. A corps perdu. Il y a dans cette série de Polaroïds 4S, l’instant, l’instinct, l’immédiat et le jeu qui nous conduit vers l’intimité d’un corps imparfait, marqué par le temps. Un corps évoluant. Mais l’inconfortable errance est soudain soulagée: le corps apparaît en entier. Une seconde série de photos, tirée d’un appareil numérique, cette fois-ci, révèle une galerie de femmes sans têtes. Nues. Les clichés révèlent la vie qui fait son travail, creuse, use, taille et même sculpte la chair. Dans la posture, les mains se tordent, la peau se plie et se plisse. Le corps malmené, dérangé, est saisi dans toute sa brutalité. Sans fards, sans filtres.
Sa photo dit la vérité à celui qui la regarde. Et la vérité n’est pas toujours rassurante. Au-delà du «j’aime/je n’aime pas", il y a quelque chose de plus: un dérèglement, un malaise. Regarder les choses en face n’a jamais été notre fort. Et pourtant, de ce sans-fard qui révèle les défauts et les imperfections, semble naître quelque chose de sublime. Face à des corps jeunes ou vieillissants, chargés de cicatrices ou de taches, il y a l’Etre. Et le corps raconte son histoire. L’histoire d’une vie, qui glisse à corps perdu vers sa finitude. Et, perdu au milieu de la galerie de photographies, face à ces femmes, on ne peut qu’éprouver le sentiment de s’être cachés trop longtemps.


Prix d’entrée : Entrée libre

Gabriele Chirienti

Gabriele Chirienti

Né dans le Sud de l’Italie, Gabriele Chirienti s’établit à Neuchâtel en 1988. Après être passé par les arts graphiques, le dessin et la peinture, il se forme à l’Académie de Meuron à Neuchâtel d’abord, puis enchaîne avec l’Ecole d’Art de La Chaux-de-Fonds. Il devient décorateur, puis s’intéresse au graphisme et pour finir, il étudie le webdesign. La photo a peu à peu pris sa place dans la palette de ses curiosités. Il délaisse la peinture pour le côté instantané, immédiat, émotionnel que lui offrent les prises de vue, souvent en noir et blanc. Il devient peu à peu un photographe en série: corps, structures urbaines, paysages et même série sur les camps de concentration. Aujourd’hui, il est engagé dans plusieurs projets collectifs et personnels de photographie, et l’enseigne également.

L’oubli du corps et du lien avec la terre

Des pistes pour s’incarner

Jean-Michel Reinert

Conférence | 20:15

Jean-Michel Reinert

L’oubli du corps et du lien avec la terre, une situation paradoxale? Jamais, depuis la montée en puissance de la mondialisation technico-économique, on ne se sera autant affairé autour du corps : diktat de jeunesse, de jouissance, culte de soi dérivé des performances et des intérêts du monde de la santé, des cosmétiques, des sports, des loisirs… Ce corpo-centrisme, pourtant, va à l’encontre de l’être incarné, uni à soi-même et à l’environnement duquel il est issu. Ce lien fort entre l’esprit et le corps, entre le corps et la terre se réduit. Quelles sont les techniques et les stratégies qui permettent de renforcer le lien à soi, à son corps et à la vie ?


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Jean-Michel Reinert

Jean-Michel Reinert

Enseignant, puis psychothérapeute, Jean-Michel Reinert vit à Genève. Il est fondateur et directeur d’une association – Cabinet de la Vie - qui accompagne à la reconstruction - de l’enfance à l’âge avancé - suite à des situations de perte, séparation, rupture et deuil dans l’existence.

Site de l'association Cabinet de la Vie

La danse en Suisse

Guilhermo Botelho • Isabelle Vuong • Rares Donca • Dominique Martinoli • Alexandre Demidoff

Débat | 20:15

Guilhermo BotelhoIsabelle VuongRares DoncaDominique Martinoli

Qu’en est-il de l’actualité de la danse dans notre pays ? Pour quelles raisons cet art est-il encore peu visible dans les théâtres, notamment hors des grands centres, alors même que les cours de danse n’ont jamais été aussi nombreux et divers ? Est-ce une question de financement, d’infrastructures, ou ce manque est-il simplement symptomatique d’une certaine méconnaissance de la danse ? Entre clichés et publics à conquérir, la danse suisse est pourtant de nos jours reconnue des professionnels et largement soutenue par la Confédération. Alors, quels moyens se donner encore pour lui assurer chez nous la place qui est la sienne à l’étranger ?

En partenariat avec la Fête de la danse et en guise d’ouverture à son édition neuchâteloise.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Guilhermo Botelho

Guilhermo Botelho

Fondateur et chorégraphe de la Cie Alias.

Isabelle Vuong

Isabelle Vuong

Directrice de RESO.

Rares Donca

Rares Donca

Responsable de la danse à Pro Helvetia.

Dominique Martinoli

Dominique Martinoli

Programmatrice du festival Evidanse.

Alexandre Demidoff

Alexandre Demidoff

Journaliste culturel au quotidien «Le Temps».

Migrations et déplacements forcés

Les défis actuels dans les pays d’origine, de transit et d’accueil

Beat von Däniken

Conférence | 20:15

Beat von Däniken

Quelles sont les raisons et les conséquences des migrations qui touchent l’Europe ? Les déplacements forcés sont en constante augmentation. Nous comptons aujourd’hui 59.5 millions de personnes déplacées ou refugiées, un chiffre jamais égalé depuis la Deuxième Guerre mondiale. Les acteurs humanitaires font de leur mieux, mais leurs moyens ne suffisent plus pour faire face aux besoins croissants. Le nombre de conflits dans le monde n’a pas augmenté. Par contre, les conflits sont de plus longue durée et génèrent plus de déplacements et besoins humanitaires. La conférence portera un regard d’ensemble sur ces défis mondiaux et particulièrement autour de la crise migratoire méditerranéenne et l’action notamment du Mouvement Croix-Rouge et Croissant-Rouge.


En partenariat avec la Croix-Rouge – Neuchâtel.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Beat von Däniken

Beat von Däniken

Directeur du Département de la coopération internationale de la Croix-Rouge Suisse (CRS), Beat von Däniken a été le Chef d’Etat-major de l’Aide humanitaire de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC). Il a effectué plusieurs missions pour le CICR et la DDC à l’étranger notamment au Burundi, en Afghanistan, en Ukraine, au Pérou et en Jordanie.

Les mouvements sociaux

Pour mieux cerner la protestation

Érik Neveu

Conférence | 20:15

Érik Neveu

En quoi les mobilisations révèlent-elles des problèmes parfois négligés par les autorités politiques ? Pèsent-elles sur les politiques gouvernementales ? Quel rôle les médias jouent-ils dans les mobilisations ? Comment l’Etat tente-t-il de les «domestiquer» ? Se mobilise-t-on dans les pays du Sud comme dans ceux du G8 ? Jusqu’à quel point peut-on parler d’une mondialisation de certaines mobilisations ? Comment penser à la fois les dimensions structurales des mobilisations et la manière dont elles peuvent affecter des trajectoires individuelles, se nourrir d’émotions ?


En partenariat avec l’AJM (Académie de journalisme et des médias) de l’Université de Neuchâtel.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Érik Neveu

Érik Neveu

Professeur de Sciences politiques et Directeur adjoint au CRAPE – Centre de recherches en action politique en Europe de l’Université de Rennes, Érik Neveu a traité de nombreux sujets dans sa carrière, qualifiant son rapport aux sciences de «nomade». La sociologie des mobilisations, les médias, l’espace public, les gender studies et les cultural studies, les usages sociaux des sciences sociales, la genèse et la vie des problèmes publics sont toutefois ses sujets de prédilection. Il signe de nombreux ouvrages dont notamment «Boys Don’t cry ! Les coûts de la masculinité». (Direction avec Delphine Dulong et Christine Guionnet, PUR, 2012), «Les mots de la Communication Politique» (Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2012), aux éditions de La Découverte «Sociologie du journalisme» (2001) ou encore «Sociologie des mouvements sociaux» (1996).

Gladiateur des mers

Le récit de mer d’un aventurier hors norme

Yvan Bourgnon

Conférence | 20:15

Yvan Bourgnon

Le 5 octobre 2013, Yvan Bourgnon décide d’embarquer à bord de sa coque de noix - sa «Louloutte", pour réaliser un défi totalement fou : le premier tour du monde en voilier non habitable. Ce tour du monde, il l’a bouclé en navigant à l’ancienne : sans assistance, sans données météorologiques et sans GPS. Il a tenu bon et parcouru 55’000 km seul autour du monde. Entre un naufrage et des pirates, la déshydratation et un bateau disloqué, ce grand navigateur a achevé son odyssée le 23 juin 2015, à Ouistreham, une victoire entachée quelques jours plus tard par l’annonce de la disparition de son frère. Comment a-t-il fait pour ne pas abandonner ? Qu’est-ce qu’il a maintenu la flamme ? Quelles sont les qualités de l’aventurier ?


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Yvan Bourgnon

Yvan Bourgnon

Yvan Bourgnon est un skipper suisse, né à La Chaux-de-Fonds. Il est le frère cadet de Laurent Bourgnon avec qui il a remporté la Transat en double Jacques-Vabre 1987. A l’âge de 8 ans, il embarque avec ses parents pour un tour du monde qui va durer près de quatre ans. Lorsqu’il a 13 ans, la famille s’installe en Loire-Atlantique. Il signe avec le journaliste spécialiste des aventures marines, Christian Bex, «Gladiateur des mers» (Arthaud, 2016).

juin 2016

Les conférences TED

Bruno Giussani

Conférence | 20:15

Bruno Giussani

Il existe une organisation, appelée TED (Technology, Entertainment and Design) qui, chaque année, distribue deux milliards de vidéos gratuitement à travers Internet, organise 3000 conférences dans (presque) tous les pays du monde, y compris en Suisse, et mène d’autres initiatives éducationnelles et éditoriales, le tout au nom du “partage d’idées”. D’où viennent les bonnes idées ? Quelle est leur importance dans le monde contemporain ? Comment créé-t-on des espaces de dialogue, des communautés engagées, à travers les frontières et les différences sociales et économiques ?


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Bruno Giussani

Bruno Giussani

Bruno Giussani est le directeur européen de TED. Suisse, journaliste, spécialiste à la fois des relations internationales (il a été chef de la rubrique politique de L’Hebdo) et de l’innovation (il a écrit à ce sujet pour le New York Times), depuis dix ans il programme les conférences TEDGlobal.

La mort et l’enfant

Lui donner une place

Edmond Pittet

Conférence | 20:15

Edmond Pittet

Comment faire lorsqu’on se retrouve soit face à la disparition d’un enfant ou alors, lorsqu’un enfant est confronté à la mort d’un proche ? Quels doivent être les bons gestes ? Comment lui expliquer ce mystère intimement lié à la vie ? Quel travail doit effectuer un employé des pompes funèbres pendant et après la préparation et la cérémonie ? Comment accompagner et conseiller les parents ?


En collaboration avec LA FONDATION LA CHRYSALIDE POUR LES SOINS PALLIATIFS et l’association ASTRAME.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Edmond Pittet

Edmond Pittet

Edmond Pittet est directeur des Pompes funèbres générales à Lausanne et assistant funéraire. Il est l’auteur de «La mort oubliée» (avec Patrice Rossel, Cabédita, 1992) et de «La mort humanisée» (Ouverture, 2009). Lorsqu’il parle de son métier, il témoigne d’une approche de la mort très humaine qui laisse à ses auditeurs un souvenir prégnant.

Écrivain-voyageur de l’instant

Des grands espaces aux forêts sibériennes

Sylvain Tesson

Conférence | 20:15

Sylvain Tesson

Ecrivain prolifique, Sylvain Tesson viendra parler de son dernier livre qui paraîtra prochainement.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Sylvain Tesson

Sylvain Tesson

Géographe de formation, Sylvain Tesson est devenu écrivain-voyageur. Il a sillonné le monde de l’Islande, son premier grand voyage, au Tibet, puis le Kazakhstan, le Pakistan, l’Afghanistan, la Chine, l’Inde, dévorant les kilomètres à pied, à vélo ! Contrastant avec la boulimie du voyage, il passera ensuite 6 mois dans une cabane au bord du lac Baïkal, savourant l’immobilisme et la solitude. Ses voyages ont donné naissance à des écrits – nouvelles, récits de voyages ou essais - dont notamment «Une vie à coucher dehors» et «Dans les forêts de Sibérie» (2011), publiés chez Gallimard et récompensés respectivement par le Prix Goncourt de la Nouvelle et le Prix Médicis essai.

«Petit traité d’impertinence créative»

Agnès Muir-Poulle

Conférence | 20:15

Agnès Muir-Poulle

Dans le monde du travail, de nombreux collaborateurs et managers n’osent pas donner leur avis ou partager leurs idées par peur de ne pas être entendus par leur hiérarchie. Ils avouent aussi ne pas savoir comment exprimer une pensée différente. Les conséquences sont nombreuses : souffrance individuelle, détérioration des relations, déficit d’intelligence collective et d’innovations… Cela n’est pourtant pas une fatalité. Il y a urgence à apprendre à mener un débat constructif sur des sujets de controverse. La finalité est de trouver des solutions originales aux problématiques de l’entreprise et de tisser des relations de qualité. Cette compétence s’appelle l’impertinence constructive. Son exercice contribue à la réalisation de soi et au développement d’une organisation humaine créatrice de valeur. À travers des exemples et des entraînements variés, ce livre pétillant fournit une aide concrète pour prendre du recul sur ses difficultés à être impertinent constructif, pour trouver des pistes pour cultiver un état d’esprit créatif et ouvert, pour apprendre à construire un dialogue pacifié sur des sujets polémiques, pour développer les compétences des managers au service des autres.


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Agnès Muir-Poulle

Agnès Muir-Poulle

Agnès Muir-Poulle est formatrice et coach depuis 25 ans pour des grandes et moyennes entreprises (Maraé). Elle est aussi professeur à Grenoble École de Management et membre de la chaire «Mindfulness, Bien-être au travail et Paix Économique». Elle a publié un «Petit traité d’impertinence constructive. Comment créer un dialogue fertile en entreprise» (PUG, 2014).