logo Club 44

Voyages en tête-à-têtes avec le monde…
Bienvenue au Club 44, un espace unique et atypique qui organise et accueille des conférences, débats et rencontres avec la volonté de stimuler la curiosité, de cultiver l’échange et découvrir le dialogue dans un contexte apolitique et areligieux.

Des orateurs illustres se sont exprimés au Club 44 que vous pouvez retrouver dans la médiathèque : Jean-Paul Sartre, François Mitterrand, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, François Truffaut, André Comte-Sponville, Luc Ferry, Jacques Attali, Edwy Plenel, Claude Allègre, Mario Botta, Raphaël Enthoven, Jean Ziegler et de nombreux autres.

Programme en PDF

mai 2017

«Réparer les vivants»

Un roman épique sur la transplantation

Maylis De Kerangal • Jean Kaempfer

Rencontre | 20:15

Maylis De KerangalJean Kaempfer

« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps.» Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de geste, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

La rencontre sera animée par Jean Kaempfer, professeur honoraire de littérature de l’Université de Lausanne.


En collaboration avec l’Université de Neuchâtel et la librairie La Méridienne.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Maylis De Kerangal

Maylis De Kerangal

Née en 1967, Maylis de Kerangal a été éditrice pour les Éditions du Baron perché et a longtemps travaillé avec Pierre Marchand aux Guides Gallimard, puis au département jeunesse. Elle est l’auteure de cinq romans aux Éditions Verticales, «Je marche sous un ciel de traîne» (2000), «La vie voyageuse» (2003), «Corniche Kennedy» (2009), «Naissance d’un pont» (2010) et «Réparer les vivants» (2014), ainsi que d’un recueil de nouvelles, «Ni fleurs ni couronnes» (Minimales, 2006) et d’une nouvelle, «Tangente vers l’est» (Minimales, 2012; prix Landerneau 2012). Aux éditions Naïve, elle a conçu une fiction en hommage à Kate Bush et Blondie, «Dans les rapides» (2007). Elle a reçu plus de 13 prix pour «Réparer les vivants» dont notamment le Prix des lecteurs L’Express-BFMTV 2014, le Prix Paris Diderot–Esprits Libres 2014, le Prix du Meilleur roman 2014 du magazine Lire et le Prix Médicis en 2010 pour «Naissance d’un pont».

Jean Kaempfer

Jean Kaempfer

Professeur honoraire de littérature de l’Université de Lausanne.

Présentation

«Jadransko krifò»

«Jadransko krifò»

Photographies

Gabriele Chirienti

Vernissage | 19:15

Gabriele Chirienti

«Jadransko krifò», littéralement adriatique, en bosniaque, et secret, mot tiré du griko (un dialecte d’origine grecque, parlé dans le sud-est de l’Europe, en Italie) est une invitation au voyage et à la (re)découverte des racines profondes de notre continent. «Jandrasko krifò» propose un parcours à travers ce continent à l’identité tiraillée, qui inscrit originellement son histoire au-delà de l’Adriatique, au cœur même des Balkans. La photographie pour rendre compte de cet Orient, de Byzance, pourtant bien présente mais que l’on préfère tenir cachée aujourd’hui. «Jadransko krifò»: des clichés en mouvement - en noir et blanc - pour rendre compte d’une Europe dont les frontières sont fluides, où les passages culturels et les diversités sont absorbés par la logique du territoire et de l’histoire. L’Europe identitaire ne peut exister sainement si amputée de son corps oriental. Ce parcours, qui emprunte les voies et les moyens de transport qui ont caractérisé les plus importantes traversées migratoires de notre continent, tente de mettre en lumière ce lien identitaire. Nous ne pouvons vivre en paix tant que nous n’avons pas saisi nos racines.

Exposition jusqu’au 22 juin 2017, ouverte les soirs de conférence ou sur rendez-vous durant les heures de bureau (le matin) au 032 913 45 44.


Prix d’entrée : Entrée libre.

Gabriele Chirienti

Gabriele Chirienti

Originaire du Sud de l’Italie, Gabriele Chirienti s’établit à Neuchâtel en 1988. Après être passé par les arts graphiques, le dessin et la peinture, il se forme à l’Académie de Meuron à Neuchâtel, puis à l’Ecole d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds. Il devient décorateur, graphiste et webdesigner. La photo a peu à peu pris sa place dans son travail. Il délaisse la peinture pour le côté instantané, immédiat, émotionnel, que lui offrent les prises de vue, souvent en noir et blanc, afin de mieux construire et raconter des histoires. Il devient progressivement un photographe de séries: corps, structures urbaines, paysages, camps de concentration. Aujourd’hui, il est engagé dans plusieurs projets collectifs et personnels de photographie, et l’enseigne également.

Site de Gabriele Chirienti

Galerie photos

media-c44/c44-i-5901ee969ae01.jpgmedia-c44/c44-i-5901efceb83d6.jpgmedia-c44/c44-i-5901efceb8d4c.jpgmedia-c44/c44-i-5901efceba341.jpg

«Jadransko krifò»

Gabriele Chirienti

Exposition

Gabriele Chirienti

«Jadransko krifò», littéralement adriatique, en bosniaque, et secret, mot tiré du griko (un dialecte d’origine grecque, parlé dans le sud-est de l’Europe, en Italie) est une invitation au voyage et à la (re)découverte des racines profondes de notre continent. «Jandrasko krifò» propose un parcours à travers ce continent à l’identité tiraillée, qui inscrit originellement son histoire au-delà de l’Adriatique, au cœur même des Balkans. La photographie pour rendre compte de cet Orient, de Byzance, pourtant bien présente mais que l’on préfère tenir cachée aujourd’hui. «Jadransko krifò»: des clichés en mouvement - en noir et blanc - pour rendre compte d’une Europe dont les frontières sont fluides, où les passages culturels et les diversités sont absorbés par la logique du territoire et de l’histoire. L’Europe identitaire ne peut exister sainement si amputée de son corps oriental. Ce parcours, qui emprunte les voies et les moyens de transport qui ont caractérisé les plus importantes traversées migratoires de notre continent, tente de mettre en lumière ce lien identitaire. Nous ne pouvons vivre en paix tant que nous n’avons pas saisi nos racines.

Exposition organisée dans le cadre du Printemps culturel 2017 – Carrefour Sarajevo, jusqu’au 22 juin 2017, ouverte les soirs de conférence ou sur rendez-vous durant les heures de bureau (le matin) au 032 913 45 44.


Prix d’entrée : Entrée libre

Gabriele Chirienti

Gabriele Chirienti

Originaire du Sud de l’Italie, Gabriele Chirienti s’établit à Neuchâtel en 1988. Après être passé par les arts graphiques, le dessin et la peinture, il se forme à l’Académie de Meuron à Neuchâtel, puis à l’Ecole d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds. Il devient décorateur, graphiste et webdesigner. La photo a peu à peu pris sa place dans son travail. Il délaisse la peinture pour le côté instantané, immédiat, émotionnel, que lui offrent les prises de vue, souvent en noir et blanc, afin de mieux construire et raconter des histoires. Il devient progressivement un photographe de séries: corps, structures urbaines, paysages, camps de concentration. Aujourd’hui, il est engagé dans plusieurs projets collectifs et personnels de photographie, et l’enseigne également.

Site de Gabriele Chirienti

Galerie photos

media-c44/c44-i-5901ef41bc801.jpgmedia-c44/c44-i-5901f0151a7cc.jpgmedia-c44/c44-i-5901f0151aadc.jpgmedia-c44/c44-i-5901f0151ad7c.jpg

Construire une histoire commune

Les Balkans comme laboratoire de résilience

Christina Koulouri • Dubravka Stojanovic • Jean-François Berger

Conférence | 20:15

Christina KoulouriDubravka StojanovicJean-François Berger

L’effondrement de l’entité politique de la Yougoslavie a conduit non seulement à un éclatement de régions, mais comme on le sait à une guerre des plus violentes. La paix revenue, tout n’est bien sûr pas réglé et lorsqu’il s’agit d’écrire l’histoire contemporaine, les versions divergent, creusant encore plus les blessures personnelles et culturelles à la fois. Deux femmes, professeures d’histoire, ont contribué à une démarche d’écriture commune de l’histoire de la région des Balkans. De quels principes sont-elles parties ? Quelle a été leur méthode ? Comment ont-elles permis à chacun des pays et des points de vue de se réconcilier ou du moins de se concilier ?


La conférence à deux voix sera animée par Jean-François Berger.


Conférence organisée dans le cadre du Printemps culturel 2017 – Carrefour Sarajevo.

En collaboration avec la librairie La Méridienne.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Christina Koulouri

Christina Koulouri

Christina Koulouri est une historienne grecque, spécialisée en histoire du nationalisme, histoire de l’éducation, histoire sociale du sport et des jeux olympiques et histoire publique (lieux de mémoire). Elle est professeure d’histoire moderne et contemporaine à l’Université Panteion des Sciences Sociales et Politiques (Athènes), département de science politique et d’histoire et directrice du Centre de recherche sur l’histoire moderne et contemporaine (KENI).

Dubravka Stojanovic

Dubravka Stojanovic

Dubravka Stojanović est une historienne serbe et professeure à l’Université de Belgrade à la Faculté de philosophie. Elle a travaillé sur le processus de démocratie en Serbie et dans les Balkans à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, sur l’interprétation de l’histoire dans les traités d’histoire, dans l’histoire sociale, dans les processus de modernisation et dans l’histoire des femmes en Serbie.

Jean-François Berger

Jean-François Berger

Historien de formation, Jean-François Berger a été délégué du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) durant trente ans, notamment dans les Balkans. Il est l’auteur de plusieurs livres et articles de presse sur des thèmes liés à l’ex-Yougoslavie, notamment «Balkanoïa» (L’Aire, 2013) et «Eclats de mémoire(s)» (L’Aire, 2010).

Schubert et Goethe

Erlkönig, du poème à la musique

Constance Frei

Conférence | 20:15

Constance Frei

Le mariage entre texte et musique atteint son paroxysme dans le Lied allemand et plus particulièrement sous la plume de Schubert. Musique de salon ou musique de l’intime, les Lieder mettent en scène le verbe et son illustration sonore à travers la voix humaine et le piano. Fasciné par l’univers de Goethe, Schubert va mettre en musique plusieurs de ses textes dont Erlkönig (le Roi des aulnes), une page d’une densité dramatique incommensurable. Puis, presque hypnotisé par le pouvoir expressif de la musique, Schubert soustrait le verbe à sa mélodie, plonge le Roi des aulnes dans un mutisme forcé et réutilise une partie du matériau musical d’Erlkönig dans son 14e quatuor à cordes «Der Tod und das Mädchen» (La jeune fille et la mort). La musique vocale s’immisce ainsi dans la sphère instrumentale pure, à la lisière du mot et du son. Cette soirée est une invitation à s’immerger dans le dialogue entre poésie et musique, entre Schubert et Goethe.


Conférence présentée dans le cadre du Festival de Mai, festival de musique de chambre.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Constance Frei

Constance Frei

Constance Frei a étudié la musicologie à l’Université de Genève où elle a soutenu en 2008 une thèse de doctorat sur l’articulation, l’ornementation et les différentes pratiques d’exécution dans la littérature pour violon en Italie au XVIIe siècle. Elle a enseigné la musicologie à l’Université de Genève et à l’Université de Fribourg et l’histoire de la musique à la Haute Ecole de Musique de Genève. Depuis août 2016, elle est professeure assistante à l’Université de Lausanne et enseigne au Collège des Humanités de l’EPFL ainsi qu’à la Haute Ecole de Musique de Lausanne. Constance Frei a également étudié le piano et le violon ; en tant que violoniste, elle a donné des concerts en Italie, France et Allemagne et a enregistré pour la maison discographique Tactus. Le prix de la Fondation Pierre & Louisa Meylan lui a été décerné en 2015 pour l’ensemble de son parcours.

Site de Constance Frei

Roman d’école

Divers | 18:15

En préambule au débat «Droits de l’enfant ou enfant roi ?» du mardi 30 mai à 20h15

Les élèves de la 11PP211, de la 11TE212 (Les Forges, La Chaux-de-Fonds) et de la 11PP21 (Les Terreaux, Neuchâtel) lisent les histoires qu’ils ont écrites collectivement ce printemps, sous l’œil attentif d’écrivains neuchâtelois, dans le cadre de Roman d’école, une opération de médiation culturelle aux multiples strates.


Prix d’entrée : Entrée libre

Droits de l’enfant ou enfant roi ?

Le triangle parents - enfant - enseignant

Philip Jaffé • Jean-Claude Marguet • Pierre Graber • Karin Jacot

Débat | 20:15

Philip JafféJean-Claude MarguetPierre GraberKarin Jacot

Depuis plus de 20 ans, l’Institut international des Droits de l’Enfant bataille pour la reconnaissance des droits des enfants, aussi bien dans les aspects judiciaire que scolaire, alimentaire et sanitaire, etc… Mais un malentendu s’est peut-être glissé dans le triangle constitué par l’enfant, l’école et les parents. Que faut-il entendre par « droits de l’enfant » ? Est-ce le droit d’imposer son avis sur tout ? Signifie-t-il la suprématie de l’épanouissement de l’enfant au détriment de l’autorité de l’enseignant et de la vie collective de la classe ? Quel rôle les parents doivent-ils jouer à cet égard ? Sont-ils les garants des droits ou court-circuitent-ils la mission de l’enseignant ? Les relations sont parfois tendues et il devient difficile de démêler l’écheveau.

Débat animé par Marie-Thérèse Bonadonna, déléguée culturelle du Club 44.


En collaboration avec le Département de l’éducation et de la famille du canton de Neuchâtel et l’Institut international des Droits de l’Enfant (IDE), dans le cadre de la campagne autour des droits de l’enfant 10 mois 10 droits qui se déroulera durant l’année 2017 sur tout le territoire neuchâtelois.

En collaboration avec Payot Libraire.
Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Philip Jaffé

Philip Jaffé

Philip Jaffé est psychologue et directeur du Centre interfacultaire en droits de l’enfant de l’Université de Genève à Sion.

Jean-Claude Marguet

Jean-Claude Marguet

Jean-Claude Marguet est chef du service de l’enseignement obligatoire du canton de Neuchâtel.

Pierre Graber

Pierre Graber

Pierre Graber est président du SAEN (Syndicat Autonome des Enseignants Neuchâtelois).

Karin Jacot

Karin Jacot

Karin Jacot est représentante de l’aDsr (association Dyslexie suisse romande).

juin 2017

Brexit et après ?

Alexis Lautenberg • Aleksandra Planinic

Rencontre | 20:15

Alexis LautenbergAleksandra Planinic

Plus d’informations prochainement...


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Aleksandra Planinic

Aleksandra Planinic

Journaliste à Radio Canal 3.

Pour une révolution de l’agriculture

Conférence | 20:15

Plus d’informations prochainement...


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Juifs de Suisse: 150 ans d’égalité des droits

Ruth Dreifuss

Conférence | 20:15

Ruth Dreifuss

Plus d’informations prochainement...


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Ruth Dreifuss

Ruth Dreifuss

Origine : Genève ; Syndicaliste. Politicienne. Conseillère fédérale (1993-2002). Présidente de la Confédération en 1999 [ChR 07 03]

L’Union Européenne: contre vents et marées

Enrico Letta

Conférence | 20:15

Enrico Letta

Réservation indispensable: dès à présent pour les membres du Club 44 et dès le mardi 6 juin 2017 pour les non-membres, par ordre d’arrivée et dans la limite des places disponibles (reservation@club-44.ch ou 032 913 45 44).

Plus d’informations prochainement...


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre

Les Zèbres, mouvements citoyens

Alexandre Jardin

Conférence | 20:15

Alexandre Jardin

Plus d’informations prochainement...

Réservation indispensable: dès à présent pour les membres du Club 44 et dès le mardi 13 juin 2017 pour les non-membres, par ordre d’arrivée et dans la limite des places disponibles (reservation@club-44.ch ou 032 913 45 44).


Prix d’entrée : 15 CHF
AVS, AI, chômeurs : 10 CHF | étudiants, apprentis : 5 CHF
Carte culture Caritas : réduction de 5 CHF
membres du Club 44 : entrée libre