logo Club 44

Mémoires croisées

Des orateurs illustres se sont exprimés au Club 44 que vous pouvez ré-écouter : Jean-Paul Sartre, François Mitterrand, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, François Truffaut, André Comte-Sponville, Luc Ferry, Henri Guillemin, Jacques Attali, Edwy Plenel, Claude Allègre, Mario Botta, Raphaël Enthoven, Jean Ziegler et de nombreux autres.
À ce jour, le fonds d’archives sonores Club 44 comporte 250 bandes magnétiques et 1’690 cassettes audio auxquelles s’ajoutent, depuis 2005,  les enregistrements numériques. Pour toute information complémentaire, merci de vous référez à la page Mentions utiles.
Si vous deviez constater des erreurs, nous vous serions reconnaissants de nous les signaler en écrivant à mediatheque@club-44.ch car notre base de données est appelée à s’améliorer grâce notamment à l’attention de ses visiteurs. D’avance, merci !

Détail de l’intervention

Daniel de RouletMaïssa Bey
• Dialogue

Mes pairs // De quoi lire ?

L’écriture, pour donner corps à une absence // Trois exercices d’admiration

Daniel de Roulet • Maïssa Bey

Deux écrivains, l’une algérienne, l’autre suisse romand, tous deux interrogés par la journaliste du Temps Isabelle Rüf, entrent en dialogue et évoquent leur bibliothèque idéale.

Mes pairs
L’écriture, pour donner corps à une absence
C’est l’histoire d’une dévoration, c’est l’histoire d’un désir insatiable. C’est l’histoire d’un mur à mot édifié, d’un rempart entre les autres et moi, entre la vie et moi. Les autres ? Ceux que je fréquentais ? C’étaient ceux qui, sage- ment rangés dans la bibliothèque de la classe attendaient que je vienne à eux. Ils étaient plus vrais et bien plus attachants que ceux qui vivaient auprès de moi. Ce n’est que bien plus tard que je m’aperçus que mes personnages préférés avaient tous, ou presque, quelque chose de commun. Ils étaient tous sans père. Et ces héros devenaient, à ce titre, proches. Ils étaient mes pairs.
Plus tard, vient le temps de la littérature. La fréquentation des «grands auteurs ». Et un jour on remarque combien sont nombreux les écrivains qui ont grandi sans père! D’abord le rebelle, le mauvais garçon, François Villon, le maître en ballades, qui vouait à son maître, son « plus que père », une véritable adoration. Et puis Baudelaire, ou encore Rimbaud, Aragon, Mohamed Dib, Marguerite Duras. Sartre, Genet, Camus et bien d’autres.
Lire, ou encore écrire, serait donc tenter de donner corps à une absence. Une tentative de retrouver des traces de filiation rompue. De faire que ces traces soient lisibles. De renouer les fils. Une régénération par les mots.

De quoi lire ?
Trois exercices d’admiration
Avant de monter dans un train ou un avion, ou juste avant de s’endormir, on se demande parfois : ai-je pris de quoi lire ? De quoi lire, mais pas trop pathétique, pas trop épais, pas trop maigre. De quoi lire, non pas pour pas- ser le temps, mais pour m’aider à comprendre le monde, pour m’encoura- ger à en rire, à m’en émouvoir. De quoi lire, comme on dirait de quoi écrire. Ai-je pris de quoi écrire ? De quoi lire pour un dialogue muet, pour admirer celui ou celle qui semble n’avoir écrit que pour moi. Trois auteurs contem- porains, de trois générations différentes, feront l’objet de cet exercice d’admiration : Michel Vinaver, Jean Echenoz, Maylis de Kerangal.


Domaine(s) : arts


Mots clés : écriture lecture littérature livre

Daniel de Roulet

Daniel de Roulet

Après avoir passé sa jeunesse à Saint-Imier, Daniel de Roulet a suivi une formation d’architecte et travaillé dans l’informatique. Il est l’auteur d’une œuvre qui compte une dizaine de romans et autant de chroniques et d’essais. Ses livres sont traduits dans une dizaine de langues, les derniers titres parus sont Fusions et Écrire la mondialité.

Maïssa Bey

Maïssa Bey

Après des études de lettres modernes à l’Université et à l’École Normale Supérieure d’Alger, Maïssa Bey a longtemps enseigné le français dans un lycée avant d’être conseillère pédagogique à Sidi-Bel-Abbès en Algérie où elle réside. Lauréate de plusieurs prix littéraires en France et en Algérie, notamment pour Pierre Sang Papier ou Cendre et Puisque mon cœur est mort.

Audio