logo Club 44

Mémoires croisées

Des orateurs illustres se sont exprimés au Club 44 que vous pouvez ré-écouter : Jean-Paul Sartre, François Mitterrand, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, François Truffaut, André Comte-Sponville, Luc Ferry, Henri Guillemin, Jacques Attali, Edwy Plenel, Claude Allègre, Mario Botta, Raphaël Enthoven, Jean Ziegler et de nombreux autres.
À ce jour, le fonds d’archives sonores Club 44 comporte 250 bandes magnétiques et 1’690 cassettes audio auxquelles s’ajoutent, depuis 2005,  les enregistrements numériques. Pour toute information complémentaire, merci de vous référez à la page Mentions utiles.
Si vous deviez constater des erreurs, nous vous serions reconnaissants de nous les signaler en écrivant à mediatheque@club-44.ch car notre base de données est appelée à s’améliorer grâce notamment à l’attention de ses visiteurs. D’avance, merci !

Détail de l’intervention

Lyonel TrouillotMichel Layaz
• Dialogue

Grâce aux images... des mots // Comme un poing sur la gueule

Comment peut naître un livre ? // L’écriture comme un acte de subversion

Lyonel Trouillot • Michel Layaz

Deux écrivains, l’un haïtien, l’autre suisse romand, tous deux interrogés par la journaliste du Temps Isabelle Rüf, entrent en dialogue et évoquent leur bibliothèque idéale.

Grâce aux images... des mots
Comment peut naître un livre ?
Pour qu’un écrivain écrive, il faut qu’il se nourrisse. De quoi ? Un souvenir, un sentiment (de l’amour à la haine), une idée, une sensation (de la peur à la rage), une injustice, un concept, une expérience, une structure, un seul de ces éléments-là – joint à l’impérieux besoin d’écriture – suffit à déclencher la mise en route de ce qui, peut-être, deviendra un roman. Il y a autre chose encore : il y a toutes les phrases lues qui nous traversent, nous habitent, et à partir desquelles germent d’autres phrases. C’est probablement cela qu’on appelle la filiation littéraire. Mais outre les mots, la culture sous toutes ses formes agit. Plusieurs de mes livres sont nés à partir ou avec des images : entre Renaissance italienne et art contemporain, de Parmigianino à Pipilotti Rist.

La question n’est pas de savoir si l’écriture a encore un pouvoir de subversion, elle l’a. Elle serait plutôt de savoir pourquoi l’intention subversive ne se manifeste plus dans un grand nombre de textes littéraires produits aujourd’hui. Une certaine littérature a fait la paix avec des choses qu’on pourrait croire inacceptables: le partage de plus en plus inégal des richesses, l’individualité précaire comme ultime repère dans «un vivre ensemble sans autrui». Revisiter les œuvres porteuses en leur temps de cette charge subversive qui peut faire aujourd’hui défaut. En quoi, dans ma construction personnelle, certaines m’ont marqué, déniaisé, ouvert les yeux sur le réel. Et, à partir de cette relecture, réaffirmer la nécessité de cette tension, de ce témoignage de l’insupportable sans quoi lire et écrire ne sont que des jeux sans enjeux.

Les soirées des 20 et 21 mars sont présentées dans le cadre du 175e anniversaire de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, avec le soutien de l’ESTER, du Lycée Blaise-Cendrars et du Rotary Club de La Chaux-de-Fonds et en collaboration avec la librairie La Méridienne.

En écho à la 18e Semaine de la langue française et de la francophonie.


Domaine(s) : arts


Mots clés : archives écriture lecture littérature

Lyonel Trouillot

Lyonel Trouillot

Né à Port-au-Prince, Lyonel Trouillot est romancier, poète, professeur de littérature, journaliste, co-fondateur des revues Lakansyèl, Tèm et Langaj et auteur notamment de Yanvalou pour Charlie et de La belle amour humaine.

Michel Layaz

Michel Layaz

Michel Layaz a publié dix livres, la plupart aux éditions Zoé. Ses romans font la part belle aux férocités de l’intime, concilient drame et dérision.

Audio