logo Club 44

Mémoires croisées

Des orateurs illustres se sont exprimés au Club 44 que vous pouvez ré-écouter : Jean-Paul Sartre, François Mitterrand, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, François Truffaut, André Comte-Sponville, Luc Ferry, Henri Guillemin, Jacques Attali, Edwy Plenel, Claude Allègre, Mario Botta, Raphaël Enthoven, Jean Ziegler et de nombreux autres.
À ce jour, le fonds d’archives sonores Club 44 comporte 250 bandes magnétiques et 1’690 cassettes audio auxquelles s’ajoutent, depuis 2005,  les enregistrements numériques. Pour toute information complémentaire, merci de vous référez à la page Mentions utiles.
Si vous deviez constater des erreurs, nous vous serions reconnaissants de nous les signaler en écrivant à mediatheque@club-44.ch car notre base de données est appelée à s’améliorer grâce notamment à l’attention de ses visiteurs. D’avance, merci !

Détail de l’intervention

Françoise Weilhammer • Conférence

Le 11 septembre, le jour où les États-Unis n’ont pas changé

Françoise Weilhammer

En collaboration avec la SRT-Neuchâtel, société cantonale des auditeurs et téléspectateurs de la Radiotélévision suisse romande, Françoise Weilhammer (F.W), journaliste correspondante de la TSR aux Etats-Unis, entre fin septembre 2001 et septembre 2006, a pu observer de l’intérieur les convulsions d’une Amérique traumatisée par les attaques terroristes du 11 septembre.

F.W évoque l’impact du funeste événement sur le quotidien des Américains. D’une manière un peu provocatrice, la journaliste affirme que pas grand chose n’a changé. Ils n’ont pas revu leur mode de vie. La relation à la voiture, l’inertie bureaucratique, le rapport aux armes restent les mêmes voir s’amplifient. F.W s’est rendue à la Nouvelle-Orléans juste après la catastrophe naturelle. Elle témoigne du quotidien chaotique d’une partie de la population et de l’incompétence des autorités étatiques et fédérales.

L’impact du 11 septembre sur les mentalités n’a pas été aussi profond que l’on peut le croire. Oui il y a eu selon F.W un traumatisme, mais qui s’est vite transformée en narcose. L’arrogance côtoie l’ouverture, le patriotisme flirte avec la liberté et la foi. L’Amérique se repose sur ses valeurs traditionnelles, oubliant évidemment de se remettre en question et permettant ainsi des dérives sécuritaires regrettables.

Sur le plan de la politique étrangère, il n’y pas eu de rupture. Une longue tradition interventionniste sévit depuis la fin du XIX siècle. Il s’agit d’être présent dans les endroits que l’Oncle Sam croit stratégique. Il s’arroge ce droit d’intervention. Cela se justifie par la protection des intérêts économiques américains et la promotion de la démocratie.


Domaine(s) : société


Mots clés : années 2000 comportement États-Unis mode de vie terrorisme

Audio